Yvain Juillard

Acteur formé à l’INSAS à Bruxelles (2003-2007) et auteur, Yvain Juillard est également un ancien scientifique spécialisé dans la plasticité cérébrale : Master de Biophysique et Magistère européen en Biologie intégrative (1998-2003). Sur scène (théâtre et danse), il joue sous la direction de Yoshi Oïda, Michel Dezoteux, Philippe Sireuil, Jean-Baptiste Sastre (Festival Avignon IN 2010), Nicole Mossoux et Patrick Bonté, Lorent Wanson, Virginie Thirion... En 2012, il travaille avec Rafaël Spregelburd, dans le cadre du projet européen L'Ecole des Maîtres. Depuis 2011, il participe régulièrement, en Belgique et en France, aux différents ateliers de recherche que dirige Joël Pommerat, auteur et metteur en scène français pour lequel il sera interprète dans sa prochaine création 2015 (dans le cadre de Mons2015).
Au cinéma, il tourne avec la jeune génération des réalisateurs belges et français : Ian Menoyot, Bernard Dresse, Camille Meynard (Tokyo Anyway ; nommé au Magritte 2015), Pamela Varela... et prête sa voix pour des fictions/documentaires radiophoniques (RTBF, France Culture).
Par ailleurs, plusieurs créations et recherches personnelles l’ont amené à travailler au Bénin, au Cameroun, en Grande-Bretagne (Central School of Speech and Drama) et en France (Institut International de la Marionnette).
Yvain Juillard a bénéficié d’une résidence d’écriture à La Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon, en 2013 pour le texte qu’il développe en résidence à L’L, Christophe Quelque Chose, et d’une bourse d’écriture SACD en novembre 2014 pour l’écriture de Cerebrum, le faiseur de réalités, conférence-spectacle sur le cerveau, créée en janvier 2015 au Théâtre de la Balsamine à Bruxelles.

PARCOURS À L’L
Sur proposition de Jean-Marie Piemme, dramaturge et professeur à l’INSAS à Bruxelles, Yvain Juillard (alors acteur fraîchement diplômé de L’INSAS) est entré en résidence de recherche à L’L en avril 2009, avec l’ébauche d’un texte et l’envie de le retravailler en le confrontant au plateau. Après différentes étapes, au côté d’une équipe d’interprètes (aux identités et au nombre variables), ce texte et son sujet ont largement fluctué. Courant 2011, il décide d’être lui-même sur le plateau et cible plus précisément les axes et intentions d’écriture d’un texte qu’il choisit d’intituler Christophe Quelque Chose.